La Feuille Verte
Bonjour à toi étranger !

Tu es actuellement sur l'ancien forum de la guilde " La Feuille Verte " du serveur Goultard, sur Dofus !

Tu trouveras le nouveau forum à l'adresse suivante : http://lafeuilleverte.net/

La Feuille Verte

:: Ancien Forum Officiel de la guilde La Feuille Verte de Goultard ::
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Candidature] Cecanair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cecanair
Ecraseur de Scarabosse Doré
Ecraseur de Scarabosse Doré
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2013

Feuille de personnage
Classe préférée: Ecaflip
Niveau:
199/200  (199/200)

MessageSujet: [Candidature] Cecanair   Jeu 28 Fév - 18:19

Rappel du premier message :

Hello !

Je m'appelle Gary, presque la vingtaine, étudiant la médecine à Paris.
J'aime la musique, le dessin, ... et plein d'autres choses. En vrai j'adore parler de moi (légère tendance au narcissisme derrière l'écran), mais pas sur un forum.

Je joue à Dofus depuis sa création, avec de nombreuses et longues pauses, mais avec toutes les nouvelles mise à jour qui ne m'ont pas trop intéressées, je ne connais plus trop bien le jeu.

Présentation IG

Parlons plutôt de mon personnage, un Ecaflip de cercle 170 qui répond au vilain pseudo de Cecanair (prononcez "Kekanère"). L'origine d'un nom pareil ? Mon premier personnage s’appelait "Nair"; aucun rapport avec les bandelettes épilatoires du même nom. C'est simplement ce que mes doigts ont tapés sur le clavier sans l'aide de mon imagination (pourtant débordante).
J'ai longtemps joué en multi-compte mais j'ai abandonné le concept pour me consacrer pleinement à mon petit Ecaflip; la seul classe que j'ai encore du plaisir à jouer (Bouh les nouvelles classes avec des sorts qu'on comprend pas !). Je suis multi-élément, je fais pas de PVP car je suis loin d'être surpuissant, mais j'me marre bien (ouai même avec la màj 2.10 !).
Côté métiers, je suis Maître bijoutier, joaillomage, mineur, sculptemage d'arc et sculpteur d'arc (84). Je possède aussi un forgeur de dagues (99).

Depuis que j'ai transféré mon personnage sur Goultard je n'ai pas eu réellement de guilde. Sur mon ancien serveur (Lily), j'étais dans "Gangsta Paradise" (guilde qui a connu son heure de gloire avant de disparaître). Mais ma seule véritable ancienne guilde est celle que j'avais créée sur Lily (Neige), et qui m'a fait connaitre deux membres de votre guilde (Kiz-ard et Jesaiplucékoisonpseudosurceserveur) avec qui j'me suis lié d'amitié y'a maintenant 4 bonnes années. Première bonne raison qui me donne envie de rejoindre cette guilde; les deux autres seront bien moins originales: je me sens un peu seul en jeu et on m'a dis du bien de La Feuille Verte.

Mon RP, je vous le sert froid, je l'ai écrit il y a plus de trois ans. Taho c'est mon Ecaflip.

Role Play



PARTIE I: CHRONIQUE D'UN ENFANT DU DESTIN



« …
« Quand je serais grand, je serais une légende. Le monde entier se souviendra de mon nom des siècles après ma mort; pour lui plaire je sacrifierais volontiers mon bonheur, ma santé et ma vie. Je n’ai aucune envie de vivre pour mourir.», ne cessait de répéter Thao à sa mère.
« Ô mon petit Thao, que de grandes et belles paroles. Il faut dépasser le but pour l’atteindre, et ce n’est pas en rêvassant sous le ciel azuré comme tu le fais si bien que tu deviendras un grand de ce m… »

Thao s’était endormi dans son lit de paille, sa mère lui embrassa le front et le contempla.

Thao était plutôt gracieux ; sa mère avait l’habitude de le regardé quand il dormait : son visage fin, ses doux yeux verts et son pelage blanc immaculé, presque divin ; Tant de chose qui lui rappelait malheureusement son mari, qui l’avait quitté Douze Lunes plus tôt pour une autre minette Amaknéenne.

La vie n’est pas toujours belle ou comme on voudrait qu’elle soit, mais on ne peut rien y faire. Alors depuis le départ de son époux, cette jeune mère décida de se consacré pleinement à l’éducation de son fils, Thao.

________________________________

Cette nuit-là, comme toutes les autres nuits Thao rêvâ.

Ce cauchemar ; Il hantait ses nuits depuis quelques Lunes. Ce cauchemar ; toujours la même illusion; toujours ce même combat.

Il y voyait un semblable, à l’allure divine, combattant courageusement quelques êtres imposants. Ils les lacéraient chacun d’un coup épée fatal –Cette si belle épée qu’il tenait entre ses griffes semblait animée: Ce n’était pas une lame en acier qui découpait la chair des ennemis, mais neuf queues, roses, auxquelles avait été insufflé une essence qui leur donnaient vie.

Les monstres, pourtant, surgissaient toujours plus nombreux, et la fatigue du héro se faisait sentir. Il déposait son épée, lançait un regard vers le ciel azuré, et remettait sa vie au néant.
Alors jaillissait de nulle part une lumière éclatante. Ce cauchemar, cette illusion, ce combat se terminait toujours ainsi.

________________________________

« Thaooo réveille toi ! Je ne le répèterais pas deux fois, il faut que tu te prépares, il est bientôt temps qu’on parte !
-Hein ?! Partir ? Où ?
-Je n’ai cessé de le répéter hier! Le village organise une fête pour son siècle d’existence. Le chef à décider que la cérémonie se déroulerait non loin des grandes plaines de Cania ! Meus toi !
- Pars, je te rejoindrais !
- Tu n’es jamais allé à Cania, tu ne connais pas le chemin et il est hors de question que tu rates la cérémonie. Je t’attendrais, mais fais vite.»

Thao se leva, et se prépara.

________________________________

Thao n’avait pas honte de son physique. Il s’appréciait et passait beaucoup de temps devant des « roches réfléchissantes », pour s’accommoder. S’il attachait tant d’importance à sa personne ce n’était pas seulement pour charmer les jeunes femelles du village ; il n’a jamais voulu ressembler aux autres mâles de son village. Il trouvait leur style simplet et ordinaire.

Thao ne se surestimait pas pour autant. Au contraire il a toujours pensé que les individus devaient être égaux, « sans qu’aucun ne soit plus égal qu’un autre ».

________________________________

Bien des lunes avant, durant la tendre enfance de Thao…

« -Tiens prends ça. Thao tendis à Leha une lame aiguisée.
- C’est quoi ?
- Fais comme moi.
Thao entailla sa patte pour faire jaillir le sang.
Vas-y, ça ne fait pas très mal. »

Leha s’ouvrit la patte, Thao l’attrapa et la serra avant que le sang ne coule.

« Maintenant nos sang sont mêlés, nos âmes sont liés, quoi qu’il se passe nous somme inséparables et rien, même le destin ne détruira cette union. »

________________________________

« Dis Leha, tu sais si on est bientôt arrivé ?
-Oui Thao, je crois que la cérémonie à lieu derrière cette petite colline. »

Le paysage était splendide, mais Thao préférait regarder le ciel. Ses pas était guidé par Leha qui tenait sa patte.

« Voilà Thao, nous y sommes».

Quand Thao baissa les yeux pour contempler la place de la cérémonie, un frisson parcouru son corps ; il reconnu immédiatement l’endroit de son rêve.
« Thaoooo ?
-Hein ! Oui ? Quoi ?
-Et ben ! Reste pas planté là. Installe ta tente et fais-toi beau pour ce soir. Viens me voir quand tu seras prêt !
-D’accord Leha. »

La tente de Thao fut installée en un rien de temps.

________________________________

Thao a toujours été proche de Leha. Ils se sont connus nouveau-né ; au fil du temps une amitié s’est formé entre eux, et même plus… Depuis quelques temps c’est un autre sentiment que celui de l’amitié qui envahit l’esprit de Thao esprit. Ce n’est qu’en compagnie de Leha qu’il se sent heureux d’être : lorsqu’il la voit, entends le son de sa voix, la sent près de lui, alors c’est comme si le bonheur caressait son cœur tel une fine brise d’hiver… C’est surement ça, l’amour ?

________________________________

« Voilà, je suis prêt ! » marmonna Thao à lui-même.

Il s’équipa d’une large besace et sortit de la tente pour rejoindre Leha. Mais avant de ne faire quelques pas de plus, Thao s’arrêta, quelque peu effrayé. Tout l’environnement c’était assombrit, le ciel était gris, les tentes des autres villageois avaient disparues. Thao était seul, perdu au milieu d’un monde qui semblait tout droit sorti de son cauchemar. La pluie commença à tomber et Thao s’abrita au plus vite sous une grotte. Il s’allongea et finit par tomber de sommeil.

________________________________

A son réveil, la pluie tombait toujours. L’endroit était plongé dans la pénombre, et Thao n’avait aucun moyen d’allumer un feu. Il décida de poursuivre son avancée dans la grotte en longeant les parois de la grotte. Il arriva bientôt dans une immense salle baignée dans la lumière que produisaient certaines roches. Au centre, un autel sur lequel était disposée une arme.
Thao s’approcha et reconnu immédiatement l’épée : c’était celle du combattant qui hantait ses nuits. Cette fois-ci il la voyait de près ; il l’observa méticuleusement et la pris avec appréhension dans sa patte.

Une voix sourde et majestueuse se fit entendre :
« L’objet que tu tiens entre tes mains est une arme légendaire. »
Thao bondit de surprise et lâcha l’épée. La voix cessa de se faire entendre, comme si elle provenait de l’épée.
Thao ramassa l’épée, et la voix reprit :
« Cette épée, Neuf Queues, était mienne, je l’utilisais alors que je étais mortel. Elle est constituée de mes neuf queues, chacune issues de l’une de mes vies ; je suis Ecaflip.
-Eca, quoi ?
-Il y a des lunes de cela, alors que ton peuple n’existait même pas, le monde était envahi de créatures dangereuses. J’avais été abandonné par mes parents, à l’aube de ma vie, en pleine forêt. J’ai appris à survivre seul, d’abord en me cachant des monstres qui hantaient la forêt, puis en les combattants. Sur mon chemin, je rencontrais parfois d’autres solitaires, eux aussi abandonnés depuis leur enfance, ou bien ayant perdu toute famille… Bientôt nous constituâmes un groupe de nomades. Les autres m’accordèrent le statut de chef, pour ma bravoure et mon habileté au combat.
Épuisé de parcourir le monde sans autre but que de survivre, nous décidâmes de nous installer bien loin des créatures maléfiques et de former une tribu.
La vie était paisible, je devins père… Le plus heureux de tous.
Mais des évènements vinrent troubler cette tranquillité. Les créatures devenaient plus grandes, plus puissantes. L’apparition dans le monde d’artefacts magiques appelés « Dofus » avait rendu les monstres plus puissants. Les attaques contre le village se faisaient de plus en plus fréquentes, et il n’était pas rare de perdre des troupes. Un jour, des créatures menées une bête immense crachant le feu s’attaquèrent à la tribu. Tout espoir semblait perdu. J’ai combattu jusqu’à ne plus en pouvoir. En voyant que d’autres créatures ne cessaient d’arriver en renfort, j’abandonnai tout espoir, et confia le sort de ma tribu au destin. Je m’écroulai, et la mort emporta mon âme.

Il existe des ‘puissances’ bien plus grandes que le pouvoir des dieux. Ces ‘puissances’ sont à l’origine des dieux eux-mêmes. Sans ‘elles’ rien n’existerait, ni le monde, ni même les divinités qu’ils l’ont créé. Le destin est un de ces ‘puissances’ au dessus de tout.

Et voilà ce qu’a voulu le destin : En perdant ma vie, je protégeais ma tribu pour toujours. Le destin savait aussi que mon courage lors de ce dantesque combat me valait le plus beau de tous les hommages : la mémoire. Mon peuple jura de ne jamais m’oublier, et que même si matériellement dans ce monde je n’étais plus, je serais toujours là pour eux.
Ma tribu me vénérait. Même mort, il croyait en moi. Comme tu le sais, la foi crée les dieux. C’est ainsi que j’ai été élevé au rang dieux, qui aujourd’hui régit l’équilibre du monde.

La tribu que j’ai fondée existe toujours ; tu en fais partie. En réalité, tu es mon descendant, ton sang coule dans mes veines. »

Thao était abasourdi ; il était le descendant d’un dieu.

« C’est toi, l’être de mes rêves ? demanda Thao.
- C’est bien moi.
- Pourquoi moi ? Pourquoi t’adresses-tu as moi plutôt qu’un autre ?
- Parce que tu as quelque chose que les autres n’ont pas. Je ne parle pas de courage, ni même de force. Je sais que tu crois au destin, et je sais que lui aussi crois en toi. Tout est écrit. Tu deviendras grand, légendaire…
-Écrit ?
-Dans le Destin…»

________________________________

« THAOOOOOOOOOOO !
- qu… quoi ?
- Ah t’es enfin réveillé ! Tu m’as fichu la trouille.
- Hein c’était qu’un rêve ?
- De quoi tu parles ?
- Non rien… Oublie, c’est stupide.
- Dépêche toi tu vas être en retard pour cérémonie, je t’attends dehors.
- D’accord Leha. »

« Alors tout ça n’était qu’un rêve ? »

Et quand j’ouvris ma besace pour y glisser un jeu de cartes, pour passer le temps, je vis Neuf Queues… »




PARTIE II: LE LIVRE DU DESTIN


L'épée parla à Thao:
"Il existe dans le monde un artefact très puissant, trop puissant pour qu'il tombe dans les mains de n'importe qui. Il s'agit d'un recueil, qui fera connaître à celui qui le possède la destinée de tout être.
Ce livre m’a été confié alors que j’étais mortel, j’avais pour devoir de le protéger. A cause des attaques répétées contre la tribu, j’ai décidé de le cacher… Mais j’ai appris dernièrement que des disciples de Sram, un des dieux les plus sournois de ce monde, avaient mis la main dessus, et qu’ils se réunissaient à Brâkmar pour tenter de le déchiffrer.
-Brâkmar ? La grande ville du Sud ? On dit que seules les âmes impures et déchues ont le droit de franchir les portes de la ville. Je n’peux pas y aller !? Et puis qu’est ce que dirais ma mère ? Et Leha…
-Tu devras apprendre à oublier ceux que tu aimes pour réaliser cette quête.
Si jamais le livre du Destin parvenait à être déchiffrer, l’équilibre du monde serait bouleversé, et même les dieux n’y pourrait rien.
-Alors je n’aie pas le choix ?
-Rejoins la milice de Brâkmar, demande à être recruter, c’est ta seule chance d’entrer dans la ville.
Trouve un prétexte pour quitter la tribu…

________________________________

« Mamaaaannn ?! Toi qui as toujours voulu que j’apprenne un métier, t'en penserais quoi si j’allais apprendre l’orfèvrerie à Amakna ?
- Et bien, j’en serais ravie! Enfin tu occuperas tes journées!
- Bon et ben… Je pars, tout de suite !
- Tout de suite ? Tu n’attends pas que l’on soit revenu au village ?
- Pourquoi faire ? Je connais l'chemin maintenant.

Et après avoir annoncé la nouvelle à tous ses proches, Thao pris la route de Cania pour aller à Amakna.

________________________________

L’épée dit à Thao :
« Tu ne pourras partir en quête sans être équipé un minimum. Je n’ai pas grand-chose à t’offrir. Tu devras trouver un équipement sur la route.
-THAOOO ! »
C’était Leha qui courrait. Elle tenait dans ses pattes un objet.
« -Tiens ! Prends ça, c’est une amulette que j’ai fais pour toi. Elle te protègera de tes ennemis. »
Elle lui tendit un pendentif brillant, certainement une pierre simple qui ornait un socle en bois sombre.
Et pour la première fois elle embrassa doucement Thao.

________________________________

Thao avait entamé sa route vers Brâkmar.
‘Elle … m’a embrassé. C’est qu’elle m’aime? Peut-être pas,… Peut-être que si…’, pensait Thao
« Je devrais peut-être rester, avec Leha, ma mère, ma tribu… , murmura Thao à Neuf Queues.
-N’y pense plus. »

Une voix rauque se fit entendre :
« Hey, l’ami ! Tu parles à qui ?! T’es pas tout seul?! »
C’était un descendant d’Ecaflip qui s’était interposé sur sa route. Un semblable.
Son corps était teint de cicatrices ; son pelage sombre et sale faisait ressortir ses yeux rouges effrayants.
« Dis donc elle est bien belle l’épée que tu tiens dans ta besace. Elle est à toi ? »
Thao hésita à répondre.
« Hey, n’est pas peur, j’vais pas t’voler… Regarde moi aussi j’ai un objet précieux. »
Il sortit d’une sacoche une sorte d’œuf jaunâtre. Il reprit :
« Ca c’est un Dofus, ça a certainement plus de valeur que ton épée, non ? ». Il ria.
Thao sortit l’épée et la tendit à son interpellateur.

Lorsque la patte de l'inconnu toucha l'épée, celle-ci reconnue l'âme sombre de cet être, et s'écria:
« FUIS THAO , FUIS ! »

Thao réagit immédiatement, il tenta d’arracher l’épée des mains du bandit, mais il la tenait fermement. Il comprit qu’il ne la lui rendrait pas, et vola habilement son Dofus. Lorsqu’il se retourna pour s’enfuir, deux autres bandits s’interposèrent sur son chemin. Thao leur donna un coup de griffe, si puissant qu’il fit reculer ses ennemis sur plusieurs mètres et paralysa leurs membres.

________________________________

Thao avait la vie sauve, mais il avait perdu l’épée. Il continuait de courir de peur de se retrouver à nouveau face aux bandits.
Qu’allait-il faire sans Neuf Queues pour le guider ? Thao commençait à pleurer.

C’est alors que la voix d’Ecaflip qui semblait avoir pris source dans son corps s'exclama:
« Thao ? »
- Tu… es ? En moi ?
-Non. Ce bandit… Lorsque je l’ai vu... Je me suis incarné dans l’amulette de ta jeune amie. »
Thao était soulagé, il aurait sauté dans les bras de Leha s’il elle était là, pour la remercier.
« Qui… était-ce ? Tu le connaissais ?
-Oui, il était l’un des fondateurs de notre tribu. Son nom est Nomepok. C’était un guerrier hors du commun. Un jour sa compagne a été tuée par des créatures, depuis son esprit s’est assombri par le désir de vengeance.
L’objet que tu lui as volé est très puissant. Garde le précieusement, ne le montre à personne. Beaucoup de fou tuerais pour le posséder, il s’agit du Dofus Emmeraude ; un œuf de dragon. »

________________________________

Des Lunes étaient passées. Thao s'était engagé dans les rangs de Brâkmar et avait monté en grade en accomplissant avec brio les quêtes d’Oto Mustam. Il s’était même fait un nom dans la ville des déchus. Le livre du Destin n’avait toujours pas été déchiffré, et Oto, fatigué par l’incompétence des disciples de Sram chargé de le décrypter, ordonna à Thao de leur venir en aide.

Alors qu’un jour, Thao s’était retrouvé seul avec le Livre du Destin, Ecaflip lui parla :
« -Prends le, ne cherche pas à le déchiffrer, quitte la ville et retourne chez toi. »
Un vacarme insupportable interrompit le Dieu. Thao jeta un coup d’œil à l’extérieur de sa maison Brâkmarienne.
C’était des miliciens qui trainaient des prisonniers :
« Chef, on a saccagé une tribu qui s’était installé près des montagnes !
-Bien enfermez-les ! »

Thao avait reconnu les villageois de sa tribu. Il accourut dans la prison de la milice. Sa mère, Leha, d’autres de la tribu était enfermé là. Sa mère le reconnut :
« Thao ? THAO ?
-TAIS TOI !, cria Thao. Il y a un garde juste là, tu veux qu’on me poignarde ou quoi ? », murmura-t-il à sa mère.
« Qu’est ce que tu fais là ? Tu es parti depuis si longtemps ; plusieurs fois nous sommes descendus à la bijouterie d’Amakna pour espérer t’y trouver. On m’a affirmé ne jamais t’avoir vu là-bas. Certains on pensé que tu avais été attaqué sur la route d’Amakna !
-Je…
-Hey Thao, qu’est ce que tu leur raconte ?, s’exclama un gardien.
-Tu connais cette brute ?! », demanda la mère de Thao.
« Parle de moi autrement, garce!», retorqua le gardien qui s’approcha et flagella la prisonnière d’un coup de fouet.
Thao poussa violement le garde qui s’empala sur l’un des piques qui ornait les murs de la prison.


« Qu’est s’qui s’passe ici ?! »
C’était Oto Mustam qui avait entendu le bruit qui provenait de la prison. Il vit le garde empalé.
« Qui a fait ça ?!
-C’est moi. , répondit la mère de Thao.
-Bien. Thao, tue-la. »
Oto tendis un sabre à Thao.
« Je…je n’peux pas » balbutia Thao qui attrapa le sabre en tremblant.
Oto arracha le sabre de ses pattes et frappa sa mère en plein cœur. Elle s’écroula. Oto sortit de la salle. Thao était resté ne bougeait plus, comme un arbre ancestral enraciné. Il n’arrivait pas à y croire. Sa mère était morte sous ses yeux.
« Qu’as-tu fais ? », dit Leha.

Thao ne répondit pas, son regard s’était perdu dans le torrent de sang qui sortait du corps de sa mère. Au bout de quelques instants, il réagit :
« Sortez, sortez tous ! ».
Thao pris les clés de la prison et en ouvrit la porte. Il fallait se battre pour sortir de Brâkmar, Thao le savait. La tour de la prison était en dessous de la milice ou Oto Mustam et sa garde siègaient.

________________________________

Le combat fut sanglant. Leha s’en était sortit saine et sauve, Thao avait subit seulement quelques blessures ; mais plusieurs membres de la tribu avaient été tués.

Les survivants sous le choc, empruntèrent silencieusement la route du village. L’un d’eux s’adressa à Thao :
« Tout ça c’est de ta faute ! Si ta mère est morte c’est de ta faute ! Tu n’as donc aucun courage ? Comment l’as-tu pus laisser mourir ?!
-T’es la honte de la tribu. , reprit un autre. »

Les critiques fusèrent :
« - Pourquoi tu nous suis, tu n’espères quand même pas rev’nir.
-N’y compte même pas !
-T’as plus ta place avec nous.»
« Je vous ai sauvé la vie, à tous !, répliqua Thao. Est-ce ma faute si le village a été attaqué ?
-Tu avais rejoins leur rang, tu as indiqué la position de notre village, traître ! Vas-t’en ! »

Thao lança un regard désespéré à Leha qui n’avait toujours pas parlé, puis fou de rage pris une autre route.

________________________________

Thao s’était retiré dans les montagnes, isolé de tous. Il avait gardé avec lui le livre du destin. Il n’écoutait plus la voix d’Ecaflip qui lui ordonnait sans cesse de le détruire. Le cœur de Thao était rempli de haine, il comptait bien se venger des membres de sa tribu qui l’avaient rejeté.

Chaque jour il pensait à sa vengeance…
Il devenait de plus en plus mauvais, de plus en plus sombre. Son pelage, autrefois d'un blanc pur se teint du rouge du sang de ses victimes.
Il n’avait plus aucune pitié pour personne.
Au village d'Amakna, les pires rumeurs se répandaient à son sujet. On disait que le mal en personne s'était caché dans les montagnes; que tout aventurier osant s'aventurer près de son repère ne pouvait survivre; que[i] la bête le torturait, l'étriperait jusqu'à ce que la douleur, si intense, consume la flamme qui fait battre son coeur.

Un jour, Thao feuilleta le livre du destin. Il n'y trouva que des pages vierges.

En regardant de plus près on pouvait voir l’usure du papier, comme si l’histoire du monde avait déjà été écrite dessus, et que le temps l’avait effacée. Thao fixait du regard le livre. Peu à peu, des lettres se dessinèrent sur le papier, comme si un être invisible écrivait sur le livre. Thao se sentit comme plonger dans l’histoire qui s’inscrivait dans le livre, cette histoire c'était la sienne ...

________________________________

« J’avais repris le chemin de Bonta. Je comptais bien récupérer l’épée qui m’avait été volé. Personne ne me vole mes biens !
Ah, il était là ! Nomepok. Il errait encore et toujours dans les massifs de Cania.
Je m’approchais de lui et… »
Thao tourna les pages.

________________________________

« Je revoyais enfin le visage de celui qui avait tué ma mère. Il était là devant moi. Je n’hésitais pas une seconde, je lui arracha violement la tête avec Neuf Queues… »
Thao tournais les pages encore et encore. Tout ce qu’il voyait c’était la mort, le désespoir et la haine à travers cette vision de son futur. Il se précipita au dernière page du livre.

________________________________

«Je tournais le dos à ma tribu natal. J’entendais les voix familières des villageois qui gémissaient, les mères survivantes qui pleuraient la mort de leurs enfants, le feu crépitant qui entourait les maisons de paille.
Quand devant moi, quelqu’un s’interposa. Il n’était pas armé, mais portait tout de même une cape et un masque qui ne laissait paraître que légèrement la lueur de ses yeux.
«
Qu’as-tu fais ? » dit-il doucement.

Sans chercher à comprendre, je transperçai la chair de l’ennemi. Sa respiration s’arrêta, ses yeux fixèrent mon visage ; ces yeux pleurèrent du sang ; à travers le casque, c’était ses yeux.
Elle avait eu vent du carnage qui allait s’abattre la tribu, et a voulu mettre une fin à ma folie, pensant que l’amour m’arrêterait. Mais il n’en fût rien. Je sortis la lame de son corps que je rattrapai dans sa chute.

Une douleur immense transperça mon cœur ; puis mes yeux pleurèrent, du sang aussi.
C’est alors que je m’écroulai sur la terre de mes ancêtres. »

Voilà comment Thao aurait du terminer son existence s’il n’avait pas osé lire le livre. Oui il aurait été une légende. Mais pas celle dont on veut se souvenir.
Résolu à ne jamais devenir cet être, il décida de se faire oublier de tous. Il commença par brûler le livre du destin, et éparpilla les cendres à travers le monde.

Un beau jour, il se rendit à la bijouterie d’Amakna.
« Bien le bonjour jeune… homme… Que cherches-tu ?, demande la bijoutière d’Amakna à Thao
- Apprenez-moi l’orfèvrerie, je vous paierais.
-Comment t’appelles-tu ? »
Thao réfléchis un instant.
« Cecanair… »

FIN



NB: Les plus rabat-joie me feront remarquer que je n'ai pas mentionné mon équipement.
J'en vois juste pas l'intérêt, et ça m'étonnerrait qu'il y'en ai un, mais si vraiment vous y tenez...

Merci d'avoir lu, si encore vous l'avez fait...


J'aime les feuillus


Dernière édition par Cecanair le Jeu 28 Fév - 19:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
kizard
Dérouilleur de Roissingue
Dérouilleur de Roissingue
avatar

Messages : 828
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 22
Localisation : En mode glandeur en 5/7

Feuille de personnage
Classe préférée: Enutrof
Niveau:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Candidature] Cecanair   Mar 5 Mar - 20:46

Yeaaaaaaaah, mon cecanoob est un feuillu !!

_________________
Y - M - C - A








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
meiwen
Démembreur de Corbeau Noir
Démembreur de Corbeau Noir
avatar

Messages : 442
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 22

Feuille de personnage
Classe préférée: Sram
Niveau:
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: [Candidature] Cecanair   Mer 6 Mar - 22:41

Super cette Candid ! tu nous rejoins quand Very Happy ! POUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guerrier-zombie
Pulvérisateur d'Ougah
Pulvérisateur d'Ougah
avatar

Messages : 3360
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 23
Localisation : Geolocation.getCurrentPosition();

Feuille de personnage
Classe préférée: Sram
Niveau:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Candidature] Cecanair   Jeu 7 Mar - 15:14

Accessoirement, j'aurai été pour. Bonne entrée en guilde Razz

_________________



« Le lol est aux Kevins ce que le ; est aux programmeurs. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stevenpescheteau.com/
ultimate
Ecraseur de Scarabosse Doré
Ecraseur de Scarabosse Doré
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 24
Localisation : Vendée

Feuille de personnage
Classe préférée: Pandawa
Niveau:
199/200  (199/200)

MessageSujet: Re: [Candidature] Cecanair   Jeu 7 Mar - 21:18

Je met contre ne serait ce que pour la promesse de Kiz Very Happy

Sinon je met un (vrai) pour car la candid est bonne, que je ceca (prononcé sssssseka) et que refuser une personne remettant kiz a sa place serait honteux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Candidature] Cecanair   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Candidature] Cecanair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Feuille Verte :: Nos racines :: Archives :: La Feuille Verte :: Les Candidatures :: Candidatures Acceptées-
Sauter vers: